• Parce que j'aime dessiner ! Voici quelques une de mes dernières créations! Parce que j'aime dessiner <3 

    Parce que j'aime dessiner <3

    Parce que j'aime dessiner <3


    15 commentaires
  •  

    Notre besoin de consolation est impossible à rassasier by Stig Dagerman Notre besoin de consolation est impossible à rassasier by Stig Dagerman

    Notre besoin de consolation est impossible à rassasier by Stig Dagerman Résumé de l'éditeur/

    Depuis la découverte, en 1981, de ce texte où Stieg Dagerman, avant de sombrer dans le silence et de se donner la mort, fait une ultime démonstration des pouvoirs secrètement accordés à son écriture, le succès ne s'est jamais démenti. On peut donc, aujourd'hui, à l'occasion d'une nouvelle édition de ce " testament ", parler d'un véritable classique, un de ces écrits brefs dont le temps a cristallisé la transparence et l'inoubliable éclat.

    Ce que j'en ai pensé Une Saison à Longbourn by Jo Baker

    Que dire de ce court témoignage/testament que nous a laissé Stig Dagerman deux ans avant de se donner le mort ! Pour comprendre ce court récit il est nécessaire je crois, d’essayer de saisir la psychologie de l’auteur. Ce texte ne comporte aucun filtre, c’est un récit à la première personne incisif et dur. La personne qui l’écrit est torturée.

    Ce court texte met à nu les sentiments de déception d’un homme face à une vie qu’il ne supporte pas, qui ne lui apporte aucune « consolation » ! Un homme en souffrance, qui subit toute sa vie durant et qui malgré sa lutte, n’arrive ni à émerger ni à garder l’espoir d’une vie future meilleure. Il ne supporte pas la société et ses fondements et remets tout en cause ! Il n’arrive pas à trouver de signification à sa vie, le bonheur apparaît comme une chimère. Le thème de la littérature est également évoqué de manière récurrente.

    Le ton est dur, sombre et démontre le mal-être qui habite l’auteur. La négation est une constante dans ce court texte d’une dizaine de page seulement.

    C’est un récit vraiment à part et triste ! Un texte pour lequel il m’a manqué des clefs et qu’il apparaît nécessaire de relire plusieurs fois pour mieux comprendre !

    Petite anecdote qui m’a fait sourire, l’évocation de Salomon en tant que sage, ah la la apparemment peu de monde connaisse la fin folklorique du personnage !

    " En ce qui me concerne, je traque la consolation comme le chasseur traque le gibier. Partout où je crois l’apercevoir dans la forêt, je tire. Souvent je n’atteins que le vide mais, une fois de temps en temps, une proie tombe à mes pieds. Et, comme je sais que la consolation ne dure que le temps d’un souffle de vent dans la cime d’un arbre, je me dépêche de m’emparer de ma victime. "

    Ma note : 13/20! Je suis satisfaite d'avoir découvert cet auteur mais je suis resté assez mitigée face à ce texte incisif!


    7 commentaires
  •  

    Blast by Manu Larcenet!

    Blast by Manu Larcenet Résumé de l'éditeur/

    « Je mens... Je suis en feu, je suis gris, lourd, crasseux, mais je suis en feu. » Un homme seul dort dans les bois. Masse inouïe de plus de 150 kilos, il est parti un beau matin, laissant sa vie d'avant, à la recherche du blast, ce court instant de perfection, flash improbable, qui survient parfois, lorsque, oubliant sa graisse, il parvient à voler. Après un premier tome prix des libraires 2010, Manu Larcenet signe un immense roman graphique, noir et âpre, d'un humanisme bouleversant.« Je mens... Je suis en feu, je suis gris, lourd, crasseux, mais je suis en feu. » Un homme seul dort dans les bois. Masse inouïe de plus de 150 kilos, il est parti un beau matin, laissant sa vie d'avant, à la recherche du blast, ce court instant de perfection, flash improbable, qui survient parfois, lorsque, oubliant sa graisse, il parvient à voler. Après un premier tome prix des libraires 2010, Manu Larcenet signe un immense roman graphique, noir et âpre, d'un humanisme bouleversant.

     Ce que j'en ai pensé Une Saison à Longbourn by Jo Baker

    Bon par où commencer! Au départ je n’étais pas très motivée à lire ces bd mais une amie a réussi à me faire passer le cap dégoût du dessin. Attention, c’est la patte de l’artiste et je respecte mais ça n’est vraiment pas ce qui m’attire, par contre je n’ai rien à redire concernant les colorisations et les paysages, c’est uniquement la physionomie des personnages qui me déplait! Et pourtant par contradiction, je trouve qu’un autre style n’aurait pas pu mieux aller pour ce type d’histoire. Le début du tome 1 débute par l’arrestation d’un homme, obèse (150 kg) disgracieux, sale…. On comprend très vite que cet homme a fait quelque chose de mal et que cela concerne une certaine Carole, mais pour connaître le fin mot de l’histoire il faudra attendre le dernier volume.Blast by Manu Larcenet

    Car pour arriver à l’histoire de la rencontre entre Polza et Carole nous allons faire un sacré bond dans le temps ! Polza y retrace son histoire, son parcours qui l’a mené à cette rencontre, sa relation avec sa famille et notamment son père ! Au cours de son périple il va apprendre à fuir la communauté et tombera sur d’autres personnes plus ou moins dangereuses (tueurs, violeurs), et d’autres clochards…

    Si Polza souhaite rester seul c’est parce qu’il est à la recherche du Blast, quelque chose qui le met dans un état d’extase ! Il ne sent alors plus l’amas de chair qu’il est mais se sent pousser des ailes dans le dos !

    Ce roman graphique est extrêmement sombre et malsain, malgré tout, on reste scotché à l’histoire et j’avoue que après avoir refermé le premier volume,  le sentiment de malaise qui m’habitait, je n’avais qu’une envie : celle de poursuivre ma lecture et de comprendre le fin mot de l’histoire.

    Le récit alterne entre les passages où Polza est au poste et est interrogé et les moments où il retrace son périple à la recherche du Blast. C’est trash, violent mais c’est prenant !

    J’ai trouvé les textes particulièrement bien écrit. On assiste à des échanges entre lui d’autres hommes qui montrent toute la complexité et la perversité dont l’humain est capable. Les échanges durant l’interrogatoire sont quant à eux prenant, Polza le criminel énonce des vérités qui touchent là où ça fait mal. Il y a un jeu qui se créé entre lui et ceux qui l’interroge !

    Ce roman graphique est une pure merveille psychologique, rien n’est dit au hasard ! J’ai pris une grosse claque avec cette saga !

    Blast by Manu Larcenet

     

     

     

     

    Ma Note : 15/20! Une véritable claque!

     

     


    7 commentaires
  • Le Maître des tapis by Alexis Nesme Le Maître des tapis by Alexis Nesme

     

    Le Maître des tapis by Alexis NesmeRésumé de l'éditeur/

    Laissez-vous emporter par la magie de ce récit qui emprunte au conte russe la puissance parfois terrible de ses décors et des sentiments qui s’y expriment. Un récit d’amour fantastique, pour les filles et les garçons.

    Ce que j'en ai penséUne Saison à Longbourn by Jo Baker

    Je n’ai pas grand-chose à dire sur ce très bel album qui me faisait de l’œil à la librairie ! Je n’ai pas réfléchi longtemps avant de découvrir l’histoire très belle inspirée d’un conte russe !

    J’aime beaucoup les contes et l’univers des contes russes que je trouve parfois très dur n’y fait pas exception ! Ici c’est toute cette magie que j’ai retrouvé desservie par des illustrations splendides que l’on savoure ! Alex Nesme fait preuve d’un réel talent tant au niveau de la physionomie des personnages que concernant la partir ornementale, les tapis sont splendides, les décors enneigés également ! C’est un régal pour les yeux !

    Concernant l’histoire, j’ai été agréablement surprise, c’est un album jeunesse certes, mais ce n’est pas mièvre, il se passe des choses dures dans ce conte. Il y a comme toujours une belle leçon de moral à découvrir !

    Le Maître des tapis by Alexis Nesme

    Ma Note : 16/20! Un sublime album jeunesse!

    Le Maître des tapis by Alexis Nesme

     


    9 commentaires
  • La nièce de Flaubert by Willa Cather

    La nièce de Flaubert by Willa Cather

    Résumé de l'éditeur/

    Willa Cather (1873-1947) a déjà solidement établi sa réputation de grand écrivain américain avec, entre autres romans, Mon Antonia et Pionniers ! lorsque, au cours de l'un de ses voyages en France, en 1930, elle rencontre, dans un hôtel d'Aix-les-Bains, une fascinante vieille dame qui n'est autre que Caroline Grout, la nièce de Gustave Flaubert. La petite Caroline, dont la mère est morte en couches, a été élevée par son fameux oncle dont elle est l'exécutrice testamentaire.
    La Nièce de Flaubert dresse le portrait d’une femme surprenante, lien vivant entre un vingtième siècle déjà éprouvé par la guerre et l’âge d’or de la lit­térature française, dont Flaubert est l’un des plus grands représentants. Ce texte est avant tout un éloge ardent de la littérature et de la lecture, non comme passe-temps mais comme raison de vivre.

     Ce que j'en ai pensé Une Saison à Longbourn by Jo Baker

    La Petite collection des Editions du sonneur publie des textes trop courts pour être publiés sous la forme de roman ! Je trouve cette initiative fort sympathique. Découvert grâce à l’un de mes collègues au travail je commence à vraiment apprécier Willa Cather !

    Dans ce court roman à l’écriture délicate, Willa nous dresse un portrait extrêmement réel de la nièce de Flaubert. Elle rencontre Caroline Franklin-Frout lors d’un séjour à Aix-les-Bains, au départ elle converse avec, sans savoir qui elle est. Mais lorsqu’elle apprend qui elle est, la nièce de Flaubert va lui conter des anecdotes et souvenirs de son passé. J’ai beaucoup aimé le personnage de Caroline, une vieille femme élégante qui participe encore activement à la vie mondaine et qui est une grande adepte de la musique, de l’opéra etc… On en apprendra plus sur la relation privilégiée qu’elle entretenait avec son oncle qu’elle défend bec et ongle contre le monde entier ! Elle l’adorait, voir même l’idolâtrait et il lui rendait bien car il a éduqué sa nièce comme sa propre fille. Cette femme est fascinante. Elle possède un caractère bien trempé, n’hésite pas à donner un avis très critique en toute circonstance et aime qu’on l’écoute et qu’on la suive.

    Le roman met en avant l’importance de l’érudition et notamment de la création littéraire. Caroline a côtoyé les cercles de son oncle et de ses amis auteurs et n’hésite pas à donner des avis critiques sur les uns et les autres, autant positifs que négatifs. Elle a certes, vécu dans l’ombre de son oncle mais pas uniquement, et c’était un choix de sa part et une preuve de son attachement aveugle pour lui et de l'amour inconditionnel qu'elle lui portait. C’est un amour filial très émouvant, un bel hommage qui est rendu dans cet ouvrage au travers de la retranscription de cette belle rencontre entre Willa et Caroline!

     

    Ma Note : 16/20! Une sympathique découverte! 

    La nièce de Flaubert by Willa Cather


    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique