• Construire un feu by Jack London récit et BD

    Construire un feu by Jack London récit et BD

     

    Construire un feu by Jack London récit et BDRésumé de l'éditeur/

    Un homme en quête de fortune ou d’aventure, perdu en plein milieu du grand nord, tente de rejoindre ses compagnons… Dans ce désert de neige et de glace, rien d’autre que lui et un chien… Il lutte contre un froid effrayant de moins soixante degrés. Confronté aux forces de la nature, sa vie ne dépend que de quelques allumettes avec lesquelles il pourrait se faire un feu… Christophe Chabouté nous livre ici, avec talent une adaptation libre d'une des plus terribles nouvelles de l’auteur de « Croc Blanc » et de « L’appel de la Forêt ». Une histoire à l’intrigue très dépouillée, mais dont le moindre geste, simple et banal prend une dimension inquiétante et fantastique. Un récit où chaque situation devient démesurément oppressante.

     Ce que j'en ai pensé Une Saison à Longbourn by Jo Baker

    J’ai découvert Construire un feu dans sa nouvelle réédition par Acte Sud il y a de cela une petite semaine. Entre temps, j’ai découvert qu’une BD existait je me suis aussitôt plongée dedans. Je parlerai au nom des deux œuvres, car en ce qui concerne le traitement de l’histoire c’est assez similaire. Construire un feu by Jack London récit et BDIl faut insister sur le fait que le roman est très court, une quarantaine de page seulement. L’histoire retrace le parcours d’un homme accompagné de son chien dans le grand froid et qui tente de rejoindre un camp, là où se trouve ses compagnons. Le récit est à la troisième personne. L'écriture est simple, fluide et extrêmement aiguisée, sans fioriture. Le récit met en avant la dureté du voyage de cet homme solitaire. Un homme qui s’est cru au-dessus de tout, préférant voyager seul alors qu’à -30 degrés il faut être au moins deux par mesure préventive. Construire un feu by Jack London récit et BD

    Le texte apporte ce qu’il faut de description, avec des détails intéressants, à titre d'exemple l’homme doit garder sa nourriture à même la peau pour ne pas qu’elle gèle, ou encore qu’en crachant par terre, le crachat n’a même pas encore atteint le sol qu’il s’est déjà solidifié ! Les conditions de vie sont extrêmement dures ! Le narrateur parle à deux voix, il donne son avis et transmet les pensées de l’homme mais également du chien qui l’accompagne et qui est bien plus au fait des dangers encourus, par exemple le chien sait qu’il ne fait pas -30 degrés comme le pense l’homme mais bien -60 ! Aucun des deux ne s'aiment, il n' y a pas de tendresse entre l'homme et l'animal!  Le texte et la BD sont crus dans le traitement, j'ai aimé cette dimension.

    Attendez-vous à une chute magistrale, je l’ai aimé, elle est authentique et retranscrit à merveille le caractère de l’homme qui se croit au-dessus de tout, qu’il s’agisse des animaux ou des éléments naturels. C’est le premier Jack London que je lis et ma foi j’ai plutôt apprécié la critique acerbe qu’il nous offre.

    Qu’en est-il de l’adaptation en BD ?

    Et bien je l’ai adoré, c’est le genre de récit qui s’adapte parfaitement dans ce format ! Les planches sont belles épurées, et pourtant détaillées au niveau des expressions, tout ce blanc au départ on trouve ça superbe et pourtant la tension montant graduellement, la situation devient de plus en plus oppressante au fur et à mesure que nous tournons les pages. Les expressions de l’homme, sa détresse, sa peur étaient palpables, le fait qu’il se serve de l’animal comme un simple outil pour ne pas mourir, alors qu’il est prêt à sacrifier son chien m’a vraiment hérissé le poil. Nous somme totalement immergés dans l'histoire et nous comprenons peu à peu quelle fin attend l'homme! 

    Ma Note : 16/20! Une belle leçon sur la vie! 

    Construire un feu by Jack London récit et BD

    « Une mère by Alejandro PalomasLa nièce de Flaubert by Willa Cather »

  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Mai à 20:43

    Adolescente, quand je lisais un roman de Jack London, tu peux être sûre qu'à chaque fois je pleurais comme une madeleine... Croc-Blanc étant le summum des chutes du Niagara  cry

    J'avoue ne pas connaître ce titre, et je te remercie d'y avoir remédié car c'est un auteur incontournable :)

      • Jeudi 11 Mai à 18:31

        Je n'aime pas les histoires tristes (en tout cas quand ça concerne les animaux) ! ça doit être pour cela que je boudais ces romans ;) L'aventureuse me tente bien de lui ^^ Merci à toi Lupa ;)

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Mercredi 10 Mai à 09:52

    J'ai déjà lu du Jack London mais honte sur moi, je ne me souviens plus si c'était Croc-Blanc ou L'Appel de la forêt... Il faut dire qu'il y a eu tellement d'adaptations télé ou cinématographiques que tout se mélange un peu dans ma tête...

      • Jeudi 11 Mai à 18:45

        Oh il n"y a pas de honte à avoir, il y a tellement de grands classiques ;) je suis bien d'accord il y a trop d’adaptations!

    3
    Mercredi 17 Mai à 22:50

    Arggg, il me le faut... Et mon banquier ne va pas être d'accord! J'ai un faible pour Jack London...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :