• Le Chercheur by Lars Muhl - O'Manuscrit

    Le Chercheur by Lars Muhl - O'Manuscrit Le Chercheur by Lars Muhl -O'Manuscrit

    Le Chercheur by Lars Muhl -O'ManuscritRésumé de l'éditeur/

    J’avais toujours su qu’un être était plus que sa simple identité.
    J’avais toujours su que la véritable personne se trouvait quelque part derrière les défenses ou les écrans protecteurs procurés par les titres, les carrières et les emplois.
    J’avais toujours su qu’en dernier recours, quelles que fussent nos conditions de vie et notre position sociale, tout paraissait étrangement illusoire, une fois replacé dans la perspective de l’éternité.»
    Dans ce récit initiatique, premier opus de la trilogie O’Manuscrit, Lars Muhl nous révèle son chemin philosophique et son réveil spirituel nés de sa rencontre avec un Voyant, à Montségur, dans les Pyrénées françaises. Par une écriture simple et sincère, l’auteur guide le lecteur, comme lui-même le fut par le Voyant, et nous emporte dans son aventure stimulante et remarquable issue de sa propre expérience et où se mêlent histoire et ésotérisme au pays des Cathares. Laissez-vous emporter par le merveilleux de ce parcours au cœur de la spiritualité en dehors de l’espace et du temps. Prenez le train pour ce voyage mystique et partez à la quête de vos propres réponses et à la rencontre vraie avec vous-même

    Avant toute chose, je tiens à remercier Babelio pour son partenariat ''Masse Critique'' ainsi que les éditions Flammarion pour l'envoi de ce livre!

    Ce que j'en ai penséUne Saison à Longbourn by Jo Baker

    Lorsque Babelio m’a proposé cette masse critique je pensais lire un roman dans le style «  L’alchimiste » de Coehlo et grande fût ma surprise lorsque je vis que ça n’était pas du tout le cas.

    Déjà, l’auteur et narrateur car il s’agit d’une narration à la première personne est une personnalité du monde de la scène : Lars Muhl. Je dois admettre que je ne le connaissais pas avant de lire cet ouvrage. C’est donc un roman mais également un témoignage car il y a de la véracité dans ce récit autobiographique où l’auteur rend compte de sa prise de conscience sur sa manière de mener sa vie.

    J’aime beaucoup les narrations à la première personne, le style d’écriture était simple mais agréable. Mais venons-en à l’histoire.

    En revanche, je ne pensais pas qu’il s’agissait du premier volume d’une trilogie, je ne sais pas encore si j’aurai l’occasion de lire la suite mais l’expérience était intéressante en tout cas.

    Il s’agit d’un récit retraçant la tombée aux enfers de Las Muhl, il est au plus bas, un ami lui conseille de contacter le « voyant », il l’appelle, ça ne répond pas. Alors il laisse passer un peu de temps, et un jour il retrouve ce bout de papier et décide de l’appeler. Appel concis, le voyant lui donne un rendez-vous pour dans quelques-temps en lui disant que d’ici là tout ira bien et c’est le cas et puis Lars rencontre enfin le voyant un homme aussi normal qu’atypique. Et le voyant va l’entraîner dans un long voyage, le guider, l’accompagner, lui expliquer des choses. Lars se sent bien auprès de cet homme qui apaise et lui fait découvrir de nouvelles possibilités, une autre manière d’enfin vivre. C’est à Montségur que se fera la rencontre, lieu emblématique ou en 1644 furent brûlé de nombreux cathares car considérés comme hérétiques par l’Église. À partir de là le voyage commence, celui de la spiritualité. Mais surtout cet ouvrage est complexe cat à cette spiritualité sont liés des théories philosophiques, de l’ésotérisme, des leçons de vie, de développement personnel etc….. Tout est lié ce qui en soi est logique, l’auteur prône un retour à l’équilibre, de travail d’introspection continue, de besoin de se recentrer sur soi . On retrouve une part de développement personnel. Le voyage, la coupure avec le monde que l’on connaît est toujours en soi un bon départ pour commencer cette césure. Ce qui est intéressant c’est que souvent en début de chapitre on retrouve les paroles de Lars évoquant ses voyages en train lors de ses pérégrinations, et les gens qu’il croise, des gens déprimés, mal, qui se ressemblent tous, des gens s’intéressant uniquement aux bien matériels ne faisant pas attention aux autres, les  gares ces lieux de passages permettant une analyse fine des gens observés.

    Par opposition, lors de son voyage initiatique Lars va réapprendre à se connaître, à s’écouter pour ne plus souffrir, et il va donner du sens à sa vie, la respecter lui et les autres grâce au voyant faisant office de guide spirituel.  Un homme intriguant et fascinant qui nous en dévoilera plus sur lui au cours du récit mais qui restera tout de même une énigme une fois l’ouvrage refermé.

    Je dois admettre que je ne suis pas toujours d’accord avec ce qui est dit même s’il y a des idées qui me parlait ou que j’ai trouvé intéressante, en tout cas je souligne le bémol de cet ouvrage, au départ nous sommes perdus, on ne sait pas trop où l’on va, ça va mieux au fil du récit mais au départ j’ai eu du mal à rentrer dans l’ouvrage. Il y a par moment trop de parenthèses ouvertes.

    Dans ce roman, il est question de voyance, d’énergie cosmique, de travail sur soi, de l’importance du lâcher-prise face au matériel, de deuil…. La métaphore de la première rencontre entre Lars et le voyant en est un exemple flagrant ! Il lui demande de porter un sac à dos le temps de la montée dans les montagnes et Lars, va le faire mais le voyant ajoute peu à peu des pierres symboles de ce qui retient Lars, allant du plus sérieux tout ce qui a trait au problème de famille jusqu’aux problèmes les plus infimes qui soient.  Au final c’est un long travail qu’il s’agit de faire et ce, dans le temps sans discontinuer.

    J’avoue que tout ce qui est lié aux énergies cosmiques m’a parfois moins parlé ce n’est pas un domaine que je connais. Un état particulier m’a étonné, celui de l’isogynie, j’ai trouvé le concept intéressant ! C’est donc un roman avec de belles leçons de morale qui nous est donné ici ! Des leçons sur la vie, sur les clefs pour l’améliorer tout comme Lars y est parvenu grâce au voyant, un roman initiatique intéressant même s’il m’a laissé perplexe par moment !

    « C’est une question d’équilibre. À n’importe quel instant, être capable de renoncer. Ne pas accepter de s’attacher à quoi que ce soit Être capable de faire la part des choses. Être souple. »

    Livres contre critiques

    Pour terminer j’ai trouvé le ton de la couverture parfait, c’est exactement, cela, un petit être qui avance et se cherche lors d’un voyage ! Un être seul près à franchir les montages pour trouver son salut.

    « Octavie d'Urville, tome 1- Sous l'ombre du Vampire by Esther BrassacMy boss, Tome 1 : Undone by Mélanie Marchand »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 23 Juin à 12:04
    Le Chat du Cheshire

    Je ne connaissais pas, mais je retiens ! Ca a l'air pas mal :)

    2
    Samedi 8 Juillet à 17:12

    Le "trop de parenthèses ouvertes" me laisse un peu dubitative... J'aime bien avoir des réponses et ne pas trop rester sur ma faim, en principe ^^ Mais sortir des sentiers battus et me faire trimbaler à droite et à gauche peut aussi déboucher sur de nouvelles pistes de réflexions, alors pourquoi pas wink2  Merci pour la découverte :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :