• Le Vieil Homme et la Mer by Ernest Hemingway

     

    Le Vieil Homme et la Mer by Ernest Hemingway 

    Le Vieil Homme et la Mer by Ernest Hemingway Résumé de l'éditeur/

    «Tu veux ma mort, poisson, pensa le vieux. C'est ton droit. Camarade, je n'ai jamais rien vu de plus grand, ni de plus noble, ni de plus calme, ni de plus beau que toi. Allez, vas-y, tue-moi. Ça m'est égal lequel de nous deux qui tue l'autre.
    Qu'est-ce que je raconte ? pensa-t-il. Voilà que je déraille. Faut garder la tête froide. Garde la tête froide et endure ton mal comme un homme. Ou comme un poisson.»

    Ce que j'en ai pensé Une Saison à Longbourn by Jo Baker

    Avec ma copinaute Lupa nous avons décidé, après avoir parlé d'Ernest Hemingway de nous lancer dans une lecture commune de son roman le plus connu Le vieil homme et la mer. C'est un roman relativement court (149 pages.).

    Pour ma part c’était mon premier roman de cet auteur très connu et j’avoue que j’en ressors plutôt satisfaite même si je m’attendais à quelque chose d’un peu plus extraordinaire au vu du succès de l’œuvre de cet auteur qui a reçu un prix nobel.

    Alors que dire le concernant, c’est une sorte d’huis-clos en mer qui se déroule sous nos yeux. L’intrigue a lieu dans le Golf Stream, on y rencontre un vieillard nommé Santiago. On se rend compte des difficultés de sa vie de pêcheur via le regard d’un jeune garçon qui l’apprécie beaucoup et qui s’en occupe (Manolin). Etrangement, à part le jeune garçon, Santiago ne semble pas avoir de liens avec le reste des pêcheurs ou de la communauté. C’est un homme solitaire. Et cette solitude il en souffrirait sans la présence du jeune garçon qui lui donne la force de vivre. De plus, on peut penser qu’à l’approche de la mort, cette solitude s’accentue. Lorsque le roman débute, on remarque la présence d’éléments techniques, le roman est bien documenté, on se croirait vraiment dans cette ville de pêcheur. J’ai porté un regard affectueux sur la relation liant Manolin à Santiago, un peu comme un grand-père et son petit-fils, les deux s’apprécient énormément et prennent soin l’un de l’autre. J’ai trouvé cette première partie du récit particulièrement émouvante. Ils ont créés leurs petites habitudes et Manolin s’occupe bien du vieillard, c’est vraiment touchant.

    Par la suite, Santiago part pêcher seul en mer,  après une dure période de trois mois ou il n’a attrapé aucun poisson. Lorsqu’il ferre un poisson qui semble imposant le rythme du roman s’accélère et on a du mal à décrocher de notre lecture. Les éléments se déchaînent c’est le combat de l’homme face à la nature… Le combat est titanesque, l’homme et la bête use de ruse. C’est un combat très beau dans la mesure où il y a un respect de la part du vieil homme même s’il ne veut pas lâcher prise.

    On a de sublimes descriptions marines, des animaux qui y vivent et de belles citations de vie qui montrent à quel point l’homme est petit face à dame nature. Je ne vous dirai pas qui de l’homme ou qui de la bête gagne. Y-a-t-il même un gagnant au vu de ce qui se passe à la toute fin ! Je dirai simplement que la vie est un cycle ou nul n’est gagnant, la roue tourne. Il faut s’en accommoder. C’est un conte peut-être un peu cruel au final car la chute est assez brutale. L’homme doit se contenter de ce qui lui est nécessaire sans en vouloir toujours plus, ce serait une des leçons que je tire de ce roman en plus de garder espoir, et de se montrer respectueux envers la nature qui est un élément puissant et incontrôlable.  

     J’avoue avoir apprécié ce récit c’est vrai mais certains éléments m’ont déplu. Santiago même s’il ne fait que son gagne-pain et ne cherche qu’à survivre soumets certains animaux marins à la mort (je pense aux requins) et même s’il y a agression de la part de ces derniers, l’homme est en territoire non conquis alors voir des animaux se faire tuer me fait toujours mal au cœur. Mais ce thème de la mort reste de toute façon omniprésent tout au long de notre lecture, sur le personnage même de Santiago plane cette mort qui un jour lui ôtera la vie. Tout le monde est voué à disparaître.

    Ce roman constitue une belle leçon de vie ! Et pour découvrir la chronique de Lupa c'est ICI!

    « Un homme, ça peut être détruit, mais pas vaincu. »

    ''Il embrassa la mer d'un regard et se rendit compte de l'infinie solitude où il se trouvait ''

     

     Ma Note : 14,5/20 !

     

    « Sunday’s Books #7Sunday’s Books #8 »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Mars 2016 à 14:37

    Je trouve ta chronique vraiment très belle <3 Tu as su saisir l'essence de cette histoire et la mettre en lumière avec toute ta sensibilité ! Tu as raison quand tu parles de huis-clos en mer, c'est vraiment ça, et c'est peut-être une des raison pour laquelle j'ai ressenti cette mélancolie pesante qui m'a gagnée dès le début de l'affrontement ^^

    Merci d'avoir partagé la découverte de ce roman avec moi, je suis vraiment heureuse que nous l'ayons fait ensemble et espère que l'avenir nous réserve encore d'autres belles lectures communes smile

      • Lundi 21 Mars 2016 à 09:52

        Merci Lupa <3, oui c'est vraiment mon ressenti concernant le huis-clos, l'ambiance était parfois pesante et ça se ressent également dans le court-métrage je trouve, l'homme livré à lui-même en mer, ça peut paraître un peu effrayant en fait! Pareil, je suis ravie de l'avoir lu avec toi c'était une sympathique lecture commune j'espère que nous aurons l'occasion d'en faire d'autres ensemble ^^

    2
    Samedi 26 Mars 2016 à 06:22

    Passage éclair de ma part, je suis débordée et j'ai plein de retard! 

    Je garde un très bon souvenir de ce court roman, dont le message est finalement simple à percevoir. C'est vrai que j'aurais aimé que la ligne casse malgré tout...

    Très belle chronique!

      • Lundi 28 Mars 2016 à 15:18

        Pas de soucis Céline :) je me doute bien que avec tout ce que tu fais tu sois occupée ;) Oui moi aussi j'aurai aime que la ligne casse... 

    3
    Jo
    Mardi 29 Mars 2016 à 02:42
    Jo

    J'adore ce livre, je le relis chaque été^^

      • Mardi 29 Mars 2016 à 09:34

        Ah oui ^^ si tu as aimé d'autres romans de cet auteur je serais curieuse de connaître ton avis ^^

    4
    Mardi 29 Mars 2016 à 11:23

    Je me rends compte que je n'ai encore rien lu d'Hemingway et je me dis à la lecture de ta si belle chronique que tout le dommage est pour moi... J'aime beaucoup les citations que tu as choisies !!

      • Mardi 29 Mars 2016 à 11:54

        Merci Parthie :D, je n'avais pas encore lu de romans de cet auteur ;) et puis il y a tellement de classiques que nous n'avons pas encore découvert ;) 

    5
    Samedi 2 Avril 2016 à 12:32

    Il faut que je lise cet auteur :)

      • Dimanche 3 Avril 2016 à 00:54

        C'est un classique que j'ai tardé à découvrir mais je ne pense pas lire d'autres livres de cet auteur.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :