• Notre besoin de consolation est impossible à rassasier by Stig Dagerman

     

    Notre besoin de consolation est impossible à rassasier by Stig Dagerman Notre besoin de consolation est impossible à rassasier by Stig Dagerman

    Notre besoin de consolation est impossible à rassasier by Stig Dagerman Résumé de l'éditeur/

    Depuis la découverte, en 1981, de ce texte où Stieg Dagerman, avant de sombrer dans le silence et de se donner la mort, fait une ultime démonstration des pouvoirs secrètement accordés à son écriture, le succès ne s'est jamais démenti. On peut donc, aujourd'hui, à l'occasion d'une nouvelle édition de ce " testament ", parler d'un véritable classique, un de ces écrits brefs dont le temps a cristallisé la transparence et l'inoubliable éclat.

    Ce que j'en ai pensé Une Saison à Longbourn by Jo Baker

    Que dire de ce court témoignage/testament que nous a laissé Stig Dagerman deux ans avant de se donner le mort ! Pour comprendre ce court récit il est nécessaire je crois, d’essayer de saisir la psychologie de l’auteur. Ce texte ne comporte aucun filtre, c’est un récit à la première personne incisif et dur. La personne qui l’écrit est torturée.

    Ce court texte met à nu les sentiments de déception d’un homme face à une vie qu’il ne supporte pas, qui ne lui apporte aucune « consolation » ! Un homme en souffrance, qui subit toute sa vie durant et qui malgré sa lutte, n’arrive ni à émerger ni à garder l’espoir d’une vie future meilleure. Il ne supporte pas la société et ses fondements et remets tout en cause ! Il n’arrive pas à trouver de signification à sa vie, le bonheur apparaît comme une chimère. Le thème de la littérature est également évoqué de manière récurrente.

    Le ton est dur, sombre et démontre le mal-être qui habite l’auteur. La négation est une constante dans ce court texte d’une dizaine de page seulement.

    C’est un récit vraiment à part et triste ! Un texte pour lequel il m’a manqué des clefs et qu’il apparaît nécessaire de relire plusieurs fois pour mieux comprendre !

    Petite anecdote qui m’a fait sourire, l’évocation de Salomon en tant que sage, ah la la apparemment peu de monde connaisse la fin folklorique du personnage !

    " En ce qui me concerne, je traque la consolation comme le chasseur traque le gibier. Partout où je crois l’apercevoir dans la forêt, je tire. Souvent je n’atteins que le vide mais, une fois de temps en temps, une proie tombe à mes pieds. Et, comme je sais que la consolation ne dure que le temps d’un souffle de vent dans la cime d’un arbre, je me dépêche de m’emparer de ma victime. "

    Ma note : 13/20! Je suis satisfaite d'avoir découvert cet auteur mais je suis resté assez mitigée face à ce texte incisif!

    « Blast by Manu Larcenet Parce que j'aime dessiner <3 »

  • Commentaires

    1
    Mardi 9 Mai à 23:04
    Le Chat du Cheshire

    Je passe pour le moment...

    2
    Mercredi 10 Mai à 10:10

    Je passe mon tour, je ne dédaigne pas les récits sombres, mais là...

      • Jeudi 11 Mai à 18:24

        ça l'est énormément, j'ai eu du mal et pourtant c'est très court...

    3
    Vendredi 12 Mai à 12:29

    J'aime les textes sombres, mais celui-ci est peut-être trop centré sur le mal-être de l'auteur pour que j'y adhère ^^ Merci pour ce retour de lecture intéressant :)

      • Vendredi 12 Mai à 16:54

        C'est tout à fait ça très/trop dur :/

    4
    Mercredi 17 Mai à 22:44

    Ca a l'air un peu sombre non? Suis pas sûre d'avoir envie de me plonger dans tant de noirceur. Je suis plutôt dans une phase "papillons, petits zozios etc..." 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :